Nouveau blog sur la HiFi Vintage

Blog Passion HiFi Vintage

Hello !

J’ai transféré la HiFi sur un nouveau blog.

http://passionhifivintage.wordpress.com/

Publié dans Uncategorized | Tagué , | Laisser un commentaire

Airbus A400 M

Un A400 M destiné à la Turquie se crashe au décollage, sur une coupure de trois moteurs, lors des essais avant la livraison.

De nombreux avions ont connu des crashes qui n’ont pas empéché leur succès commercial, c’est le premier de l’ A400 M, mais il suscite bien des inquiétudes car cet avion de transport militaire européen est l’exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire en matière de gestion de projet aéronautique.

Par souci d’économie les sept pays européens concernés ont voulu faire un avion polyvalent.

– Un avion stratégique capables d’emporter de lourdes charges

antonov

http://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/185.html

Pas de problème « on » ( les russes ) sait faire, il suffit de mettre 6 réacteurs surpuissants, comme sur l’ Antonov AN225, pour arracher 600 tonnes du sol..

Les gros transporteurs américains étant occupés la France a du louer des Antonov pour transporter son matériel en Afghanistan et au Mali. Hollande étant fâché avec les russes, voilà un gros problème

– un avion tactique : C ‘est à dire un avion qui participe de plus près aux combats, qui est capable de se poser sur un semblant de piste en terre, et de redécoller sur une courte distance, comme le vieux Transall C160 aux capacités d’emport plus limitées ( PTC 54 tonnes) avec deux moteurs de 5 600 ch.

Transall-PosC3A9-d27Assaut_500-300x199

http://www.generations-transall.com/historique/

Train d’atterissage du C160 : 2 x 4 roues

C160train

Essai du A400 M train 2 x 6 roues

L1927

1929

Train de l’ Antonov 2 x 28 roues

antonov train

Alors aujourd’hui, on hésite à faire atterrir un A 400 M sur une piste en terre.

Mais ce choix a imposé des moteurs à hélice carénés de 11 000 ch. Des réacteurs pourraient avaler des pierres. Ils n’auraient pas eu de mal à trouver sur étagère des réacteurs super puissants, mais en moteur à hélice de cette puissance il n’ y avait qu’un modèle canadien. Alors une nouvelle exigence sort du chapeau :

– il nous faut un moteur européen.

Un nouveau moteur, qu’il faudra mettre au point, ainsi que son système électronique de commande ( le FADEC ). Ca s’appelle une rupture de technologie et ça va considérablement augmenter les coûts et les délais.

Plus d’autres exigences :

– ravitaillement en vol des avions de chasse.

Et la France rajoute :

– Ravitaillement en vol des hélicoptères ( alors qu’ils peuvent se poser n’importe où pour faire le plein) une opération particulièrement délicate..

– Double certification civile et militaire

Lorsque les avions militaires empruntent des couloirs de l’aviation civile , ils doivent demander une dérogation. S ‘ils avaient la certification civile , ce ne serait plus nécessaire.

Mais la certification civile est plus contraignante : plus grande résistance en cas de crash, donc plus lourd et traçabilité des tests de tout le sytème informatique qui n’ avait pas été faite.

– Nouveau standard : lorsque le projet de l’ A400 M a été lancé, avec les retards cumulés ça remonte à longtemps, il y avait un standard de l’architecture du système informatique, correspondant à la norme DO178 B de l’époque, à la limite d’être obsolète, alors que l’ A380 est prévu avec un nouveau standard correspondant à la norme DO 178 C. L ‘occasion d’ajouter un nouveau système de navigation, indépendant du GPS américain, donc avec Galiléo autre projet européen qui souffre des mêmes turpitudes..

– Une autre exigence, politique cette fois : le juste retour. C ‘est à dire que chaque pays veut du travail et des emplois à hauteur de sa contribution au projet, sans forcément avoir toutes les compétences et les ressources.

Conception et positionnement par rapport à d’autres appareils

Du fait de sa configuration à quatre moteurs et de ses capacités tactiques, l’A400M est souvent comparé au Lockheed C-130 Hercules qui est un appareil de transport tactique. Il est cependant nettement plus grand, se situant plus près du C-17 Globemaster, appareil de transport stratégique, sans cependant atteindre une charge utile aussi élevée (voir le Comparatif technique ci-dessous).

Son concurrent potentiel serait l’ukrainien Antonov An-70, qui correspond au cahier des charges de l’A400M et dont un prototype vole déjà depuis 1997.

dsc0100p_382

Cependant, le développement de cet appareil a été considérablement ralenti par le retrait du projet de la Russie pour raisons politiques. Depuis les dernières élections d’un gouvernement ukrainien pro-russe, la Russie s’est réengagée dans le programme et le développement a repris car cette dernière a également besoin de cet avion. L’Antonov An-70 est plus un démonstrateur (montrant la faisabilité des approches utilisées) qu’un prototype conçu pour être produit tel quel (avec des pièces conçues pour être fabriquées de façon industrielle, à un coût acceptable).

Le coût estimé d’un An-70 (51 millions d’euros) est environ égal à celui d’un C-130 Hercules (48 millions d’euros en 2010), soit environ trois fois moins qu’un A400M en mars 2010 (153 millions d’euros).

Cependant, la construction de l’A400M a été préférée à l’achat d’An-70, car considérée par les pays clients comme nécessaire pour développer et maintenir en Europe les compétences inhérentes à ce type de projet, et afin de promouvoir le concept de défense européenne.

Vu la situation de l’ Ukraine en 2015, je me demande ce qu’il advient d’ Antonov. Ils ont l’air de fonctionner normalement quitte à remettre les imbéciles du gouvernement sur les rails. : http://www.antonov.com/news/374

Un tel projet que l’ A400 M, avec autant d’interlocuteurs ( 7 clients ) qui apportent chacun leurs propres exigences, parfois incompatibles, ou qui menacent de se retirer du projet s’ils n’obtiennent pas satisfaction, ou refusent de payer les surcouts, est ingérable. Ca conduit aussi à faire un mouton à cinq pattes.

Certes ils ont nommé un nouvel organisme l’OCCAR comme interlocuteur unique du fabricant, mais quel poids a-t-il réellement par rapport aux gouvernements.

Organisation industrielle, suivi de programme

Les futurs acquéreurs sont représentés par l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement – ou OCCAR, créée spécialement à cet effet – qui assure le suivi du programme en tant que client unique. Du point de vue industriel, c’est la société AMSL qui gère la totalité du programme. Cette société de droit espagnol a pour actionnaires Airbus, CASA, la société turque TAI et la société belge FLABEL.

Normalement, avant de lancer un projet, on doit faire une analyse des risques du projet : Autrement dit : lister tout ce qui pourrait faire capoter ce projet.

Airbus avait prévu de le faire et a présenté le devis de cette étude préalable : 250 M€. Les clients pensaient que le coût devait être inclus dans le devis de l’ A400 M.

L ‘étude n’a pas été faite ! Les surcouts se chiffrent en milliards d’ €

Voyant les surcouts s’ajouter et les difficultés le patron d’ Airbus a un jour tiré la sonnette d’alarme : cet avion n’est pas réalisable !

La réponse des clients : tant pis on continue.

Publié dans Aéronautique | Laisser un commentaire

Architecture du système informatique de l’ A380 A350 A400M , bus AFDX

Une super vidéo de Safran décrit cette nouvelle architecture plus complexe que les précédentes, pour répondre aux besoins des avions modernes et à la baisse des coûts.

La norme DO178B n’étant plus adaptée, aujourd’hui c’est la DO178C

Un nouveau type de bus a été mis au point par Airbus et devent un standard : le AFDX proche des protocoles internet ( au lieu des bus CAN et autres bus de terrain ) mais contrairement à l’internet : on ne doit pas perdre de paquets et ils doievent arriver dans l’ordre.

Un seul fil transporte une centaine d’informations différentes à la suite, ce qui demande une gestion stricte du temps, simplifiant encore le cablage et réduisant le poids de cuivre. On utilise deux voies redondantes

Les systèmes informatiques sont classés par ordre de criticité, depuis l’avionique jusqu ‘au confort passagers.

Contrairement à ce que j’imaginais, dans l’aviation on ne s’arrache pas le tout dernier processeur hyperpuissant ou les dernières technologies qui viennent de sortir. On utilise des technos qui ont fait leurs preuves pendant au moins dix ans, avec des taux de pannes très faibles, selon les niveaux de criticité.. Pas de fibre optique pour l’instant.

Ainsi je comprend mieux pourquoi les russes qui sont en retard sur les µproc dernier cri, à couche très très mince, dont la fiabilité n’est pas assurée,( coups de fodre en particulier ) ne sont pas du tout en retard dans les performances de leurs avions. Ce sont les champions du faire simple, pas cher et efficace contrairement aux USA trop ambitieux qui sont les champions de l’usine à gaz et n’arrivent plus à mettre au point leurs logiciels ( voir le F35 de Lockeed Martin). Ce retard n’est donc pas pénalisant.

Dans le même genre, ils n’utilisent pas de multicoeurs ( tout au moins dans la partie avionique ) car la gestion de la répartition des taches entre les coeurs n’est pas assez précise ( déterministe ).

Parce que pour la certification , il faut prouver que la boite noire fait ce qu’elle doit faire et expliquer comment elle le fait, les processeurs CISC sont beaucoup trop complexes au niveau des pipelines pour accélérer les perfs.. Ils font aussi une optimisation du code, aussi le code exécuté n’est pas celui qui est écrit dans le programme. Il traine parfois des bugs dans les processeurs.

Donc le bon vieux Power PC est préféré, associé à des FPGA, donc des circuts programmables dont on peut maitriser parfaitement les tâches qu’ils doivent accomplir et le temps de traitement

Pour la même raison ils n’utilisent pas dans la partie avionique de Linux temps réel, mais un OS spécifique : un scheduleur qui conditionne le lancement des taches temps réel ( on ne gère pas de fichiers, ni on ne lance d’applications )

D ‘autres documents :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Avionics_Full_DupleX

http://www.artist-embedded.org/docs/Events/2007/IMA/Slides/ARTIST2_IMA_Itier.pdf

http://www.sqs.com/in/_download/DO-178C_ED-12C.pdf

Publié dans Aéronautique | Laisser un commentaire

2012 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2012 pour ce blog.

Voici un extrait :

4 329 films ont été soumis au festival de Cannes de 2012. Ce blog a été vu environ 38 000 fois en 2012. Si chaque vue était un film, ce blog pourrait supporter 9 festivals.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Eclairages de secours à LEDs et panneau solaire. ( + une version lampadaire )

Les LEds permettent d’obtenir un très bon éclairage avec très peu de puissance ( 3 à 6 v ).

Ampoule LED 12 V

On en trouve aussi sous forme de réglettes :

Réglette LED

Il existe des modèles en 220 V alternatif qui ont un convertisseur électronique intégré dans le culot et sont donc un peu plus chères.

On va choisir pour un éclairage de secours indépendant des modèles 12 V, qui se raccordent directement sur la batterie 12 V ( pour éviter d’acheter un convertisseur 12 V => 220 V.

Pour 4 pièces on pourra prendre 2 ampoules de 5 W ( cuisine, séjour ) et deux réglettes de 6 W ( cuisine et SdB ) plus quatre ampoules de 3 W ( couloirs , toilettes), au total toutes les lampes allumées : 34 W.

En hiver on peut estimer la durée d’éclairage à 6 heures ( 17 – 23 h )

Ce qui nécessite une capacité utile de 34 X 6 = 200 Wh

Converti en AH avec du 12 V , celà donne une capacité de 200/12 = 16 Ah

On choisir une batterie de 90 Ah, à peine plus chère qu ‘une 60 Ah ( la plus petite ).

Batterie 12V 90Ah

Une batterie à décharge profonde pour utiliser au mieux sa capacité :

Une batterie ne doit jamais être déchargée en dessous de 80 % ( sous peine de la détruire ) , en pratique on essaye de rester dans les 50 % de décharge soit 45 Ah.

Batterie_12V_90Ah_bis

On a trois fois plus de capacité qu ‘il n’en faut, mais…

– on pourra rajouter quelques lampes au besoin, ou éclairer plus longtemps.

– faire face à une journée sans soleil où la batterie ne sera pas rechargée.

– recharger des mobiles avec un convertisseur USB

– peut être alimenter une Live box pour utiliser le téléphone Internet.

Cette puissance de secours, modeste mais économique, ne permettant pas d’alimenter un PC.

Pour l’éclairage le courant de décharge est de : 34 W / 12 V = ~ 3 A

On est en dessous du courant nominal de décharge en 20 h pour avoir 100 % de capacité. : 90 Ah en 20 h = 4,5 A .

En effet plus on décharge la batterie avec un courant fort ( donc moins de temps ) plus la capacité utile diminue ( si on la vidait en 1 h on aurait que 65 % des 90 Ah )

Avec l’éclairage seul à 3 A pendant 7 h on utilise 21 Ah, soit 23 % de la capacité nominale, ce qui augmente la durée de vie ( nombre de cycles charge décharge de la batterie ).

Panneau solaire :

On a besoin de 200 Wh par jour en hiver.

Entre janvier et les mois d’été la différence de production est de 4 à 5..

Ca conduirait à mettre un panneau surpuissant pour les 3/4 de l’année. Pour l’autre quart s’il a des coupures, on peut éviter d’allumer toutes les lampes en même temps et réduire la consommation.

Je serais tentée de choisir un panneau de 80 W, quitte à le doubler ultérieurement après avoir expérimenté le système.

Enfin comme pour l’alimentation d’autres appareils beaucoup plus puissants on sera amenés à acheter un groupe électrogène ( 2 kW 500 € ) , en hiver on pourra compléter la charge de la batterie avec le groupe.

panneau 80W

Régulateur de charge solaire :

régulateur charge solaire

Budget :

– leds et culots : 200 €

– batterie 90 AH 230 €

– panneau solaire 80 W 250 €

– régulateur solaire 120 €
________________________________
TOTAL 800 €

Tout de même assez cher , mais confortable et sur des coupures

    hors période hivernale

, on peut alimenter d’autres appareils, recharger d’autres appareils pendant la journée, car la batterie éclairage sera vite rechargée en qq heures.

On peut choisir moins de Leds, ( 100 € ) une batterie 38 Ah ( 165 € ) un panneau 50 W ( 165 €) un régulateur moins sophistiqué ( 50 € ): Total 480 €

Ici on a un kit solaire 100 W à 700 €

Kit solaire 100W

Un système moins cher :

Basé sur une batterie AGM de 28 Ah à 69 €

Batterie 28 Ah

Si on utilise 14 Ah (décharge à 50 % le nombre de cycles est réduit autour de 500 cycles, mais on ne l’utilise que les jours de coupure et on la maintient chargée) ça nous fait un courant de 2 A pendant 7 h

2 A en 12 V correspondent à 24 W de puissance soit 4 lampes LEDS de 6 W

On peut choisir des SMD MR 16 de 4 W

16 W pendant 7h correspondent à une décharge de 112 Wh

Avec un panneau solaire de 50 W 165 €

Panneau 50W

Le panneau est à 132 € ici http://www.energiedouce.com/panneau-solaire/panneau-solaire-polycristallin-haut-rendement-50-watts-12-volts-victron-energy.html

Avec un régulateur à 50 € le budget (sans Leds ) est de 285 €.

Réalisation d’un lampadaire à LEDs avec batterie incoporée.

Je collerais bien la batterie et son régulateur dans une boite en forme de cube.
avec le poids de la batterie 10 kg , le pied serait très stable. Ce qui permet de déporter les LEDs sur un bras articulé, sur un tube de 2 m de haut.

Avantage : il est transportable et sans fil..

Le jour on peut le rapprocher du panneau solaire pour le recharger et le soir le poser près de la table de la cuisine , puis l’emmener dans le salon , la chambre.

Deux Leds SMD MR16 de 4,1 W seraient peut être suffisantes pour éclairer une table.( ~ 2 deux ampoules halogènes de 78 W ).

On installe une ou deux prises 12 V sur le pied du lampadaire qui permet de brancher si besoin une lampe annexe, au bout d’une rallonge tenue par une pince.

Avec deux lampes Leds de 4,1 W pendant 6 h la conso serait de 50 Wh.

Le panneau de 50 Wh devrait suffire en hiver.

Une autre utilisation : On peut facilement emporter le lampadaire dans le jardin en été, pour diner dehors le soir, sans avoir à tirer de fil pour l’alimenter.

Les culots MR16 :

Culot MR16

On pourra compléter avec un transfo spécial LEDs, pour utiliser le lampadaire sans la batterie et le panneau solaire, comme un lampadaire normal.

Transfo LED 18 W

Un inverseur sur le coffre permettra de choisir secteur ou batterie

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le photovoltaïque en survie ?

Le photovoltaïque n’est rentable que grâce au rachat à prix fort de l’énergie produite avec les panneaux et en rachetant au tarif EDF normal sa consommation personnelle.

Si on ne revend que le surplus ( énergie produite – énergie consommée ) c’est déjà moins rentable.

Pour être rentable il faut beaucoup investir ~ 20 000 € pour 5 kW de panneaux solaires.

On touche aussi des subventions ou réductions d’impôts.

La rentabilité, c’est de l’argent on gagne beaucoup en été , moins l’hiver et si un jour on gagne zéro, ça n’a pas de conséquence sur la continuité de l’alimentation..

En consommation autonome ( on ne revend rien ) c’est encore moins rentable ( on économise juste sa facture EDF ).

En survie, avec une installation indépendante, sans autorisation, c’est l’hiver qu ‘on consomme le plus et que les panneaux produisent le moins, ce qui oblige à sur dimensionner son installation, alors qu ‘on ne revendra rien.

Un investissement qui ne servira que s’il y a des coupures EDF et qui servira donc occasionnellement, ou alors à plein temps mais dans un délai et pour une durée qu ‘on ne connaît pas.

Les batteries ne supportant qu’ un nombre limité de cycles de charge et décharge , vu leur coût de remplacement ( un bon millier d’€ tous les deux ou quatre ans selon les conditions d’utilisation ), on ne va pas les user avec des charges et décharges quotidiennes alors qu ‘on a le réseau EDF.

En période de crise , on peut connaître trois situations :

– des coupures journalières ( grèves , délestage en heures de pointe )

– des coupures prolongées (qq jours, une semaine , comme lors d’intempérie, écroulement du réseau )

– coupure de durée indéterminée.

Il faut bien noter que dans ces périodes troublées, la plupart des relais des services ( téléphone, TV, mobiles, internet ) sont également coupés. Donc ça ne sert à rien d’avoir un secours sur batteries pour regarder les infos à la TV, ou pour recharger son mobile.

Il ne faut pas rêver d’alimenter un cumulus avec du solaire pour avoir de l’eau chaude : ça consomme 7,7 kWh pour 100 litres ( 2 personnes ) pendant 6 à 7 h. ( il ya d’autres moyens plus économiques ).

En temps normal, personne ne songe à secourir l’alimentation de son congélateur, le coût serait supérieur au prix du contenu. Puis ces problèmes sont exceptionnels.

Mais en période de crise où on peut avoir plus de mal à s’approvisionner, où l’on a recours aux circuits courts en grande quantité, où les coupures peuvent être plus fréquentes, plus longues, sauver le contenu de son congélateur peut être vital.

Victron , un spécialiste qui a commencé il y a trente ans sur l’alimentation en énergie des bateaux , dit que les frigos c’est un vrai cauchemar. Souvent ils consomment trop.

Pour un congélateur, entre un A+ et une A +++ ça va du simple à plus du double en consommation annuelle et journalière, pour un écart de prix de qq 120 € : Pour alimenter le congel vorace le prix de l’installation solaire sera doublé aussi, mais on passera de 2000 à 4000 €.

Il faut donc commencer par changer de congélateur.

Congel vorace

Congel econome

Enfin regardez l’autonomie en cas de panne : 30 h pour le A+ contre 124 pour le A +++, soit 6 jours sans courant au lieu de 1 jour ( on peut presque se passer de secours pour la A+++ )

Au pire on peut le mettre sur le groupe électrogène tous les trois ou quatre jours.

Par jour la consommation est de 347 Wh, c’est très peu.

Liebherr

L ‘intérêt de le secourir par le solaire est qu ‘on peut s’absenter une ou deux semaines et si pendant quatre jours il n’y a pas de soleil ( stats de la France ) ça va tenir.

Une installation qui stockerait quotidiennement 1000 Wh en hiver :

En 2h ça donnerait 500 W de panneaux : pour 2 x 280 W 1400 €

panneaux280W

Pour la batterie on multiplie par 4 pour éviter les décharges profondes : ça fait 4 000 Wh. En 24 V 180 Ah de batterie.

Avec deux batteries 12V 200 Ah le coût est de 1 000 €

On a un stockage total de 4800 Wh.

Avec 1000 Wh, dont 370 pour le congel , en hiver il resterait 630 Wh pour d’autres usages on reste dans les 20 %, ce qui prolonge la vie de la batterie et exceptionnellement on peut descendre à 50 % , soit 2400 Wh.

batterie 200Ah AGM

En plein été avec 560 W de panneaux, la batterie sera vite rechargée de ses 1000 Wh à midi c’est bon !Notre capacité de stockage étant limitée ( sauf si on a tiré plus la veille ). Après les panneaux ne servent à rien ! (puisqu ‘on ne revend pas l’énergie à EDF ).

On peut faire fonctionner un PC 350 W, ou une chaine Hifi tout l’après midi, ou bricoler directement sur les panneaux sans vider la batterie qui sera en floating ..

Régulateur de charge : 295 €

On a 560 W de panneaux en 24 V , qui peuvent débiter au max 2 x 7,76 A

Régulateur

Convertisseur : 1200 VA : 649 €

Cout total ( sans les accessoires, câbles etc ) 3400 €

2×280 W de PV

2 Batterie AGM 12V 200 Ah

Objectif 1000 Wh en hiver

340 Wh : Congel, 120 Wh : éclairage Leds, reste : 540 Wh ( dont VAE 360 Wh )

A comparer avec le prix d’un groupe électrogène 2 kW avec inverter , silencieux : 499 €

Groupe_E

Solution simple, sans investir une grosse somme, sans installation compliquée, beaucoup plus puissante, qui marche aussi bien l’été , que l’hiver , le jour que la nuit, légère et mobile.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Installation électrique de secours

Il s’agit de réaliser une installation de secours, pour faire face à des coupures EDF prolongées, une installation pas trop chère et par étapes.

Elle ne permettra pas d’être complètement autonome, le devis exploserait, vers les 20 000 €, sans possibilité de subventions et de rachat en période de crise.

Donc pas question d’alimenter son cumulus qui consomme pour 100 l ; 7,7 kWh par jour avec 6 heures de chauffe.

Dans ce projet, j’ai séparé l’éclairage , de l’alimentation des appareils domestiques, en deux installations indépendantes, pour avoir une plus grande autonomie de l’éclairage, et ne pas se retrouver sans lumière si un jour on a trop abusé de l’autre batterie..

Vu les prix , au final pour l’alimentation des appareils domestiques on se limitera à deux panneaux solaires de 280 W et on disposera d’une alimentation 220 V capable de débiter 250 W et de stocker 2000 kWh. De quoi faire fonctionner des appareils essentiels.

Bien que le budget soit réduit, j’ai choisi des marques de qualité avec toutes les certifications, pas du matos chinois proposé bien moins cher, pas envie de mettre le feu à la maison.

Pour le choix et la sécurité des batteries, je vous renvoie à l’article correspondant ( à venir ). Surtout pas de batterie de voiture non étanche.

Ce projet fait appel à un groupe électrogène de 2 kW qui permettra dans un premier temps de recharger en qq heures, les batteries en cas de coupure EDF prolongée.

On ne peut pas faire fonctionner un petit groupe électrogène 24/24h, c’est pour un fonctionnement occasionnel, sinon il faut du matériel pro beaucoup plus cher.

Le coût d’un tel groupe insonorisé est de 500 €. C ‘est une solution économique, simple, immédiate ( pas d’installation compliquée ) et d’une utilisation facile pour tous, toujours disponible si on a une petite réserve d’essence, contrairement aux éoliennes et panneaux solaires,avec une puissance très confortable de 2 kW, qui permet de faire tourner des machines..

MF 2500iEn fait ces petits groupes ne sont pas très fiables. C ‘est précisé parfois pour une utilisation occasionnelle, ça veut tout dire. Un propriétaire de camion pizza témoignait qu’il en avait passé trois ( sans préciser les marques ) en un an, alors qu’un autre expliquait que son groupe Honda EU20i, tournait depuis trois ans sans problème. C ‘est pour l’éclairage , la caisse et pour faire marcher les frigos.

Le Honda coute 1200 €, c’est à dire le double, mais c’est le prix de la fiabilité et du SAV (suivi des pièces détachées).

Selon l’ usage qu’on veut en faire ça représente pas mal d’heures : les congels modernes  performants  consomment peu de puissance 90 W, mais tournent plus longtemps, un vieux aussi mais il consommera 250 W.

La consommation du Honda est plus basse, ça compte en période de pénurie d’essence. Il a plus d’autonomie c’est pénible de faire le plein toutes les deux heures.

Dans une deuxième étape on installera des panneaux solaires pour recharger nos batteries, ainsi on pourra faire face à une pénurie d’essence qui dure..

Le groupe électrogène sera toujours disponible pour faire fonctionner les appareils qui consomment beaucoup de puissance, comme pour faire une lessive et essorer le linge en hiver ( 1,2 kW pendant 1 heure ). Réchauffer un ballon d’eau chaude de 15 l en 30 mn ( 2 kW )

Avec une batterie de secours on peut :

– S’éclairer avec des ampoules à LED

Des LEDs en courant continu 12 V branchées directement sur la batterie.

Ces ampoules consomment très peu ( 3 W en général ).

Plus confortable, plus efficace et surtout plus sûr que les bougies.

ICI une LED 2,6 W qui éclaire autant qu ‘une lampe halogène 56 W : coût 10 €

15-leds-smd-culot-mr16

La durée de vie est de 50 000 h

http://www.starled.fr/ampoules-leds-smd-mr16/45-15-leds-smd-culot-mr16.html

Il existe aussi des réglettes 12 V pour salle de bain ou cuisine 6,4 W à 36,5 €

http://www.starled.fr/reglette/71-reglette-30-leds-smd-12-volt.html

Visitez leur site, il s’agit de Leds de Qualité pas des merdes chinoises vendues parfois à 3 € en supermarché.

Exemple de calcul pour une maison ou un grand appartement : 30 W d’éclairage ( dix ampoules dans la maison ) pendant 4 h /jour = 120 Wh.

Pour une autonomie de 4 jours : 480 Wh.

Si on ne veut pas décharger la batterie en dessous de 50 %, pour préserver sa durée de vie, il faudra une batterie de 1000 Wh

En 12 V une batterie de 1000/12 = 80 Ah.

Une batterie Gel Victron 90 Ah 12 V coute ~ 250 €

On pourra charge cette batterie sur le réseau EDF, elle a un faible taux de décharge. En cas de coupure EDF on tient plus de 4 jours.

En cas de défaillance prolongée d’ EDF, on pourra recharger la batterie une fois tous les quatre jours avec un petit groupe électrogène.

La consommation journalière étant de 120 Wh c’est très peu, aussi il sera possible de recharger quotidiennement sur un panneau solaire ou sur une petite éolienne, qu ‘on pourra acheter plus tard, mais il faut obligatoirement cette batterie.

La capacité de la batterie étant 8 fois plus élevée que la consommation quotidienne, on pourra faire face à quatre jour sans vent ou quatre jours sans soleil et nuages noirs, en ne déchargeant la batterie qu ‘à moitié ( pour préserver sa durée de vie )

En attendant , on a un éclairage de secours avec 4 jours d’autonomie pour un budget de 400 €

Plus tard on pourra compléter avec un panneau solaire de 80 W 12 V à 250 €, voire un 60 W à 180 € de 80 x 52 cm. ( en ville dans un appartement il peut se loger facilement dans une fenêtre à l’horizontale )


http://www.future-tech.fr/epages/231552.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/231552/Products/389

auquel il faudra ajouter un régulateur solaire à 30 €

http://www.future-tech.fr/epages/231552.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/231552/Products/118

Avec deux heures de soleil par jour on a largement de quoi s’éclairer la nuit avec des LEds.

Pour l’éclairage sur panneaux solaires en isolé, j’ai lu qu ‘on pouvait avoir en France statistiquement, quatre jours consécutifs sans voir le soleil. Donc même avec des panneaux solaires cette autonomie de 4 jours est importante.

Les jours normaux, comme on rechargera quotidiennement, donc on ne déchargera notre batterie d’éclairage à moins de 20 %, ce qui garantit la durée de vie maximum.


– Alimenter des appareils essentiels en 220 V courant alternatif.

C ‘est le même principe, sauf qu ‘après la batterie il faudra mettre un onduleur ( ou convertisseur ) 12 V= / 220 V 50 Hz.

L ‘intérêt d’avoir deux systèmes indépendants : un pour l’éclairage et un pour les appareils en 220 V est qu ‘on ne risque pas de manquer de lumière si on a trop sollicité la batterie pour les appareils domestiques.

L’onduleur n’a pas un rendement de 100 %, pour 1000 Wh stockés dans la batterie, en sortie 220 V ~ du convertisseur au mieux on aura 850 Wh, d’où l’intérêt de ne pas mettre de convertisseur pour utiliser des LEDS en 220 V qui ont également un convertisseur intégré dans le culot et là on ne récupère plus que 700 Wh, soit 30 % de perdu ( un jour de moins )

Puis l’investissement peut se faire en deux étapes.

Si on a besoin de plus de puissance on peut utiliser une batterie 24 V ( 2 x 12 v )

100 Ah en 12 V = 1200 Wh soit 1,2 kWh
100 A en 24 V = 2400 Wh soit 2,4 kWh

Quels appareils alimenter ?

Un ménage consomme en moyenne 4 000 Wh par jour ; c ‘est presque 40 fois la puissance consommée par notre éclairage à LEDS, et le prix aussi sera 40 fois plus élevé.

En solaire ou en éolien pour être complètement autonome il faut compter 20 000 € et en période de crise il ne faudra pas compter sur les subventions ni sur la revente à EDF , s’il y a des coupures ou des défaillances prolongées.

Si vous n’êtes pas propriétaire, vous n’allez pas investir, vous ne pouvez pas installer des panneaux solaires qui recouvrent tout le toit. Pour une éolienne il faut avoir beaucoup de terrain pour pouvoir l’haubaner.

Vous devrez vous contenter d’un panneau solaire sur la balcon s’il est bien exposé, voire d’une petite éolienne.

Donc mon topic concerne les petits appareils qui marchent en 220 V ou qui se rechargent avec un chargeur 220 V.

En période d’intempérie, il n’y a plus d’alimentation EDF, mais souvent les relais TV, FM, relais GSM , et centraux téléphoniques sont également en panne d’alimentation.
On est pas sûrs d’avoir internet, ni la télé..

Par contre on peut utiliser son PC, pour retrouver des documents qu ‘on a stockés, faire ses comptes , rédiger et imprimer son courrier.

Moi par exemple , j’ai un labo d’électronique, sans 220V il n’y a plus grand chose qui marche, même pas le fer à souder..

J ‘ai aussi un vélo électrique qui se recharge sur le 220 V , équipé d’une batterie 36 V 8 Ah, ca doit faire dans les 500 Wh au niveau du chargeur qui est spécifique à cette technologie de batterie ( Li-Ion ),une charge lente qui dure 6h à 8h.

Pour ces puissances et consommations modestes , mais longues, on ne va pas faire tourner un groupe électrogène de 2 kW à faible puissance pendant des heures..

On va plutôt chercher une batterie qui accepte les charges rapides, et les décharges profondes ( 80 % ). Ce sont plutôt des batteries de traction.

Alors que pour l’éclairage on a des décharges lentes, faibles 20 % de la capacité , si on recharge quotidiennement avec un panneau solaire.

Exemple de batterie : 12 V 140 Ah soit 1680 Wh ( à 100 % de décharge, mais on devra se limiter à 80 % donc 1350 Wh sur une décharge en 20 h , un peu moins si on la décharge plus rapidement )

http://www.batterie-solaire.com/PBSCProduct.asp?ItmID=8656510

Batterie AGM à decharge profonde 12V 140 Ah EV12A DISCOVER 370,00 EUR

Des batteries AGM spécialement conçues pour les véhicules électriques (matériel de nettoyage, manutention…) et les énergies renouvelables.

Les avantages des batteries AGM : charge rapide (0,3 C10 en continu !) et décharge rapide, sans entretien, résistance aux vibrations
avec
Les avantages des batteries Gel : capacité à la décharge profonde, bonne durée de vie en cyclage

La gamme des batteries Discover est directement concurrente des batteries Gel Sonnenschein GF – V.

Durée de vie :

500 cycles à 80 % de décharge soit ( 1360 Wh x 2 )
1000 cycles à 50 % de décharge soit ( 840 Wh x 2 )
2800 cycles à 20 % de décharge soit ( 336 Wh X 2 )

Caractéristiques

Tension Nominale : 12 V
Capacité (C5) : 119 Ah
Capacité ( C20) : 140 Ah

Dimensions ( L x l x H ): 327 x 180 x 274 mm
Poids : 40,6 Kg

Marque: DISCOVER

Deux batteries garantiraient 2 000 Wh à utiliser sur un ou deux jours sans descendre à 80 %.

Pour l’onduleur : jusqu ‘à 750 W les tarifs restent raisonnables.

Mais on sera juste pour faire fonctionner un four four micro onde qui consomme beaucoup de puissance ~ 1 kW , mais pas longtemps donc très peu d’énergie ( 1200 W pdt 10 mn ça fait seulement 200 Wh ). Pour un convertisseur 1200 W , il faut compter de 600 à 700 €.

Il est tout à fait possible de brancher un deuxième convertisseur sur la batterie , même de puissance plus faible , pour un appareil spécifique.

Convertisseur de tension VICTRON ENERGY PHOENIX 24 – 750 Schüko 339,00 EUR

1 prise Schüko
Pur Sinus
24 V, 750 VA

Développée pour un usage professionnel, la gamme des convertisseurs Phoenix est parfaitement adaptée aux applications les plus diverses. Ces convertisseurs à sinusoïde pure et à haut rendement sont conçus sans concession aux performances. Latechnologie hybride HF apporte des caractéristiques exceptionnelles pour des dimensions compactes, un poids réduit, et assure une compatibilité totale quel que soit l’appareillage alimenté.

Forte puissance instantanée

La technologie SinusMax permet des puissances instantanées très élevées, impossibles à atteindre avec la technologie conventionnelle à haute fréquence. Les convertisseurs Phoenix sont ainsi bien adaptés à l’alimentation d’appareils qui ont besoin d’un fort courant d’appel au démarrage, comme les compresseurs de réfrigération, les moteurs électriques et les équipements similaires.

Caractéristiques: voir fiche technique

Tension sinusoïdale pure
Puissance en VA : 750 VA
Puissance en W : 700 W
Puissance en pointe : 1400 W
Puissance consommée à vide : 14,0 W
Efficacité max : 93 %
H x L x P = 72 x 180 x 295 mm
Poids = 2,7 kg

http://www.batterie-solaire.com/Files/25346/Convertisseur-de-tension-Victron-Energy-180-750VA.pdf

Les deux batteries, plus le convertisseur représentent un budget de 1 100 € pour stocker 2 000 Wh et débiter jusqu ‘à 750 W. C ‘est pas donné, mais raisonnable.

La recharge est indiquée 0,3C10A ( je ne connais pas bien cette donnée , mais 0,3 C chez d’autres fabricants représente 0,3 fois la capacité en ampères soit : 0,3 x 140 Ah = 52 A et 3,3 h de charge. Donc une puissance de 50 A x 24 V 1200 watts, avec le rendement du chargeur 1,5 kW pour le groupe électrogène..

Les batteries n’ont pas un rendement de 100 %, loin s’en faut et ça fait plus de 5 kWh consommés pour 2700 Wh stockés ( 100 %). C ‘est la même chose avec un panneau solaire ou une éolienne, puisqu ‘il s’agit de la batterie.

Mais vu les prix on va se contenter d’un chargeur 30 A : 317 €

http://www.batterie-solaire.com/PBSCProduct.asp?ItmID=7948199

Quelques accessoires comme la surveillance tension maxi et tension mini de la batterie et un indicateur de charge : et nous voilà avec un budget de 1 500 €

ou peut être des batteries de Victron :

Batterie solaire Gel Victron Energy 165A 12V 429,00 €

Avec une résistance interne très faible, les batteries GEL conviennent particulièrement aux applications à forts courants de décharge et ce sans présenter de fortes chutes de tension. De telles applications comprennent en particulier les convertisseurs, les propulseurs et les winches, de même que les démarreurs. La gamme Gel offre une durabilité en cyclage intensif encore plus grande et une durée de vie jusqu’à 10 – 12 ans L’utilisation de matériaux de grande pureté et de grilles de plomb calcium garantit aux batteries Gel un très faible taux d’autodécharge, ce qui permet de les stocker sur de longues périodes. Bien chargées en fin de saison, elles passeront facilement l’hiver sans entretien ni recharge.
La batterie solaire Gel Victron Energy 165A 12V

est équipée de bornes plates M8 en cuivre, assurant le meilleur contact possible par vissage direct des cosses. Fabriquées selon les normes de qualité ISO 9002, ces batteries sont conformes aux spécifications CE et UL. Les bacs sont en ABS résistant au feu. Les batteries Victron Energy sont garanties 2 ans. Capacité en C 20

poids: 48kg, dimenssions: 485 x 172 x 240

Fiche technique batterie gel Victron

Il est bien indiqué que la capacité de 140 Ah, correspond à une décharge sur 20 h à 0,05 fois la capacité soit 7 A. En 24 V ça correspond à 160 W

Pour une décharge en 5 h on a que 87 % des 140 Ah et pour une décharge en 1 h on a plus que 61 % des 140 Ah.

Il semble que la première est plus adaptée.

Quels appareils peut on alimenter avec 2000 Wh et 750 W ?

Vous aurez noté que ce convertisseur supporte les pointes de puissance pour le démarrage des moteurs ( d’où son prix par rapport aux gadgets )

Il faut aller sur le site idealo.fr qui donne la consommation journalière de chaque marque et modèle d’appareil et permet aussi de sélectionner des appareils en fonction de ces données et des classes de consommation d’énergie.

Exemple un écran plat :

compléter

Compléter son installation ?

On s’est fixé 2 000 Wh utilisables chaque jour.

On va faire d’abord à la louche avec un rendement minable 50 %

Il faudrait donc récupérer 4000 Wh par jour avec un panneau solaire ( le plus cher ) ou une éolienne qui fonctionneraient environ 4h /jour.

Ce qui nous donne une puissance de 1000 W

En panneau solaire il faut compter 300 € les 100W = 3000 €

Mais ici on trouve un panneau de 280 W de la marque Vectron à 699 €

A puissance max le panneau fournit 8 A sous 36 V

Panneau solaire 280 W Monocristallin Victron Energy

Panneau photovoltaique 280 watts crête – 24 Volts destiné aux installations de forte puissance (en site isolé ou raccordées au réseau électrique)

Cellules monocrystallines haut rendement

Performances excellentes en faible ensoleillement et sensibilité élevée à tout le spectre solaire

Cadre robuste en aluminium anodisé pour assemblage facile, compatible avec la plupart des supports du marché

Production :

    jusqu’à 1680 Watts heures / jour

Dimensions : 1962 x 992 x 50

Produit haut de gamme,
Panneau solaire 280W Monocristallin Victron Energy

garanti 2 ans (et 25 ans à 80% de sa puissance)

Fabricant : VICTRON (Pays-Bas)

Fiche Technique Panneau Photovoltaique 280 W

http://www.future-tech.fr/epages/231552.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/231552/Products/102

sur le même site on trouve aussi des fabrications espagnoles de 290 W à ~ 600 €

En éolien la moins chère que j’ai trouvé : 500 W seulement

http://www.parallel-electric.com/kit-eolienne/856-kit-eolienne-wwest-500w-mat-haubans-6m.html

Le kit est livré avec le convertisseur, il manque juste les deux batteries 12 V 150 AH, ce qui correspond à nos batteries ci dessus.

Vitesse de démarrage 2,5 m/s soit ~ 8 km/h

Actuellement la météo indique une vitesse de vent de 13 km/h et bien sûr celà dépend de l’endroit où l’on est placé. Devant chez moi elle ne tournerait pas. Par contre j’ai le soleil qui donne en plein sur la façade.

Évidemment pour l’éolien à la pointe du Raz ou à Avignon , c’est mieux !

Celle ci est en 48 V 1 KW un monument !

http://www.parallel-electric.com/terrestre/302-eolienne-seule-1000w-regulateur-20-amperes-48v-220v.html

Il n’est pas sûr que ces éoliennes résistent bien aux tempêtes.

Les panneaux solaires ont l’avantage d’être silencieux, d’occuper moins de place au sol..

Et surtout le soleil se lève tous les jours, ce n’est pas le cas du vent.

Si on ne récupère pas la totalité des 2 kWh à stocker, on espacera tout de même les recharges au groupe électrogène. Puis on peut toujours compléter ultérieurement avec d’autres panneaux.

On peut commencer avec un 280 W puis plus tard en installer un deuxième.

Il manque le régulateur de charge solaire.

Régulateur de charge Blue Solar Victron MPPT 12V/24V 40A 295,00 €

BlueSolar MPPT 12/24-40, 40 A à 12 V ou 24 V
– Contrôleur de localisation du point de puissance maximal (MPPT – Maximum Power Point Tracking).
Augmentation du courant de charge jusqu’à 30 % par rapport à un contrôleur PWM.
– Paramètres de tension de charge pour huit types de batterie, plus deux paramètres d’égalisation.
– Sonde de température à distance.
– Protection contre la surintensité.
– Protection contre les courts-circuits.
– Protection contre la connexion en polarité inversée des panneaux solaires et/ou de la batterie.
– Déconnexion de la sortie en cas de charge de tension réduite.

Tension de batterie 12/24 V auto sélection

Courant de charge nominal :40 A
Localisation MPPT: Oui
Sortie de la deuxième batterie: Non
Déconnexion de charge automatique: Oui

Tension solaire maximale: 55 V
Autoconsommation:10 mA
Paramètres par défaut
Charge d’absorption: 14,4 V 28,8 V
Charge float: 13,7 V 27,4 V
Charge d’égalisation: 30,0 V
Déconnexion en cas de surcharge: 29,6 V
Récupération surcharge: 27,2 V
Déconnexion en cas de charge de tension faible: 21,6 V
Reconnexion en cas de charge de tension faible: 24,6 V
Boîtier & Environnement
Sonde de température de batterie: Oui
Sonde à distance: Oui
Compensation de température: -30 mV/°C -60 mV/°C
Température de fonctionnement: 0-40°C (charge pleine), 40-60°C (réduction de charge)
Refroidissement: Convection naturelle
Humidité (sans condensation): Max. 95 %
Classe de protection: IP20
Taille du terminal: 8 mm² / AWG8

Poids: 1400 gr

Dimension (h x l x p) 202 x 66 x 140 mm
Montage vertical sur mur intérieur seulement
régulateur de charge BlueSolar MPPT 12/24-40A

est garanti 1 an

Fiche technique Régulateur de charge BlueSolar MPPT 12V/24V 40A

Notice en Français

Le budget en presque* autonomie ( pénurie essence : plus possible de recharger avec le groupe électrogène ) avec deux panneaux de 280 W de 2 m x 1 m soit 4 m² serait de :

3 000 € pour 2 000 Wh ( surs ) et 750 W

J’ai employé « presque autonomie », car avec 2000 Wh on ne pourra pas alimenter toute la maison ce qui correspondrait à « autonomie totale »

Selon l’implantation par rapport au soleil, si on a de la place autour de la maison, on peut monter les panneaux sur des châssis orientables de l ‘ Est à l ‘Ouest avec des moteurs et un système de pilotage automatique, pour récupérer le maximum d’énergie, façon tournesol.

Schéma de principe du système :

Systeme solaire Victron

Lorsque la batterie arrive au maximum de décharge ( autorisée ), l’inverseur bascule et elle est prête à recharger avec le groupe électrogène ( mobile ). Il faudra mettre une alarme un peu avant.

Victron propose un régulateur solaire avec un chargeur intégré assez sophistiqué à raccorder à un groupe électrogène fixe à démarrage automatique et deux sorties en 220 ~: une qui sera coupée pendant la recharge et l’autre qui sera maintenue.

C ‘est le top, mais le groupe électrogène doit être réservé à cet usage. Le premier prix est à 800 € , et d’une puissance trop limitée.

Pour une installation comme la notre , dont le budget doit être le plus réduit possible, une intervention manuelle pour recharger les batteries est acceptable.

Il nous reste à choisir un chargeur 24 V pour batterie AGM :

Un peu cher : ~400 € mais vrai chargeur qui prendra soin de la batterie, hélas limité à 16 A

A acquérir lors de la première étape avec l’achat de la batterie et du convertisseur 220 V..

Il peut rester branché en permanence sur la batterie en mode floating pour qu ‘elle soit toujours chargée à bloc avant la coupure EDF.

Chargeur de batterie / VICTRON ENERGY CENTAUR 24 – 16 387,00 EUR

La qualité sans compromis

Les Chargeurs de batteries Victron energy Centaur sont des appareils simples, robustes et économiques, mais sans concession à nos standards de qualité élevés et aux meilleures performances que permettent les technologies actuelles.
Les boîtiers en aluminium avec revêtement époxy et visserie inox résistent aux rigueurs d’environnements sévères : chaleur, humidité et brouillard salin.
Les circuits électroniques sont protégés contre la corrosion par un vernis acrylique.
Des capteurs de température assurent que tous les composants fonctionnent dans les limites spécifiées, si nécessaire au moyen d’une diminution automatique de la puissance de sortie lors de conditions d’environnement extrêmes.

Entrée universelle 90 à 265 Volts

Les chargeurs Centaur acceptent une très large plage de tension d’alimentation de 90 à 265 Volts et de 45 à 65 Hertz, sans qu’aucun réglage ne soit nécessaire. Ils sont ainsi compatibles avec toutes les tensions et fréquences courantes, et peuvent fonctionner sur des réseaux d’alimentation instables.

3 sorties pleine puissance
3 sorties isolées permettent la charge simultanée de 3 ensembles de batteries.

Chaque sortie peut fournir la puissance nominale de charge.

Charge en 3 étapes avec compensation de température

Le chargeur de batterie Centaur charge à pleine puissance jusqu’à ce que l’intensité en sortie atteigne 70% de la puissance nominale, puis maintient une tension constante d’absorption pendant 4 heures. Ensuite le chargeur passe en mode floating.

Une sonde de température interne compense la tension de charge de – 2 mV par ºC par élément.

Sélecteur de tensions de charge
Un commutateur interne permet de sélectionner facilement les tensions adaptées aux principaux types de batteries (Plomb-Acide, Gel, AGM).

Indicateur de courant de charge

Un ampèremètre en face-avant permet de connaître à tout instant le débit du chargeur vers les batteries.

Caractéristiques techniques du chargeur de batterie Victron Energy Centaur 12 – 20

Branchements de batterie 3
Plage de tension d’entrée 90 – 265 V AC / 45 – 65 Hz
Tension de fin de charge 14,3 V DC. Réglage usine, Sélecteur interne pour batteries à électrolyte liquide, gel ou AGM
Tension de maintien de charge 13,5 V DC. Réglage usine, Sélecteur interne pour batteries à électrolyte liquide, gel ou AGM
Capacité de batterie recommandée 80 -200 Ah
Courant de charge max. 20 A
Plage de température de service – 20°C … 60°C
Sonde de température interne – 2 mV / °C par élément
Dimensions (H x L x P) en mm 355 x 215 x 110
Poids en kg 3,8

Marque: Victron Energy

http://www.batterie-solaire.com/PBSCProduct.asp?ItmID=7948357

Le chargeur pour la batterie « éclairage » de type gel est un peu moins cher.

Il charge à 7 A

Chargeur CTEK MULTI XS 7000 – 12V 148,00 EUR

Conçu pour toutes les petites batteries, le chargeur Ctek Multi XS 7000 est pratique et intélligent. Il est adapté à tout type de petites batteries – électrolyte et gel solidifié – jusqu’à 225Ah. Il peut être utilisé à l’extérieur en raison de son modèle étanche.

Le chargeur Ctek Multi XS 7000 fonctionne en mode commuté avec quatre phases de charge : démarrage progressif, charge brute, charge absorption puis charge impulsion. Il est protége contre sutension, inversion de polarité et courts circuits.
En outre, il possède en plus deux modes : alimentation (floating) à 13,6V et boost à 16V. Dans le mode alimentation, le Multi XS 7000 peut fonctionner comme générateur de courant continu 12V stabilisé.

Le chargeur est fourni avec jeux de connecteurs à pinces.

Caractériqtiques mécaniques

Tension entrée : 220-240V
Tension : 12V
Tension charge : 13,6V – 14,4V – 14,7V -16V
Courant de charge : 7A
Capacité : 225Ah
Etanchéité : IP65
Dimension mm 191 x 89 x 48
Poids : 0,8 kg

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Groupes électrogènes

http://www.groupeelectrogenesilencieux.net/index.htm

http://www.outillage-online.fr/outillage-stationnaire/groupe-electrogene/groupe-electrogene?p=1

http://groupes-electrogenes.euro-expos.net/index.php

http://www.groupe-electrogene.pro/

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Où acheter des aimants néodyme

Magnet Monsters

Pour les pros aimants sur mesure
HKCM

Supermagnete

Applied Magnets

Mag Nets

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Faire face aux coupures EDF en période de crise.

Dans certaines régions soumises aux intempéries, principalement dans les campagnes les gens sont habitués à avoir des coupures très longues et sont équipés en conséquence..

En cas de crack boursier, de grosse crise financière, depuis qu ‘ EDF a été privatisé, découpé, on peut redouter ne ne pas avoir le même service public et d’avoir de longues périodes de coupure.

En Argentine Roussely a perdu pas mal d’argent avec ses investissements : lorsque les gens n’ont plus les moyens de payer leur électricité, et qu ‘on leur a coupé le compteur, l’argent ne rentre plus. Au Brésil il a aussi perdu beaucoup d’argent, pas à cause de la crise, mais les brésiliens se branchent avant le compteur :))

Il peut y avoir des grèves très dures.

Avec leur vieux parc nucléaire, en hiver ils sont au taquet à 100 GW. Un ou deux incidents et ce sera des régions entières qui seront coupées. Où seront partis les sous traitants du nucléaire pour échapper comme ils peuvent à la crise, vu que tout l’entretien est sous traité.

C ‘est une honte, car malgré la privatisation qui devait amener des capitaux pour qu ‘ EDF puisse se développer, et les augmentations de tarifs, ils n’ont pas rénové les centrales nucléaires, et on prend le risque de prolonger leur durée d’exploitation bien au delà de ce qui était prévu à l’origine.

Les concurrents qui rachètent le courant à EDF ne survivront pas non plus. Le système qui a été mis en place à partir de 2000 est une connerie sans nom.

Avec l’écologie les éoliennes et panneaux solaires sont devenus à la mode et ne produisent pas de CO2, contrairement à un groupe électrogène maudit par les écologistes.

Rien à foutre de la planète quand il faut survivre.

Mais ces moyens de production demandent un investissement considérable, pour être totalement autonome. Leur amortissement est incertain ( souvent à la merci de subventions qui peuvent être supprimées, pour rembourser les dettes de l’ Etat ) et en période de crise, faut – il investir toutes ses économies dans des panneaux solaires ou une éolienne ?

D ‘autre part ces moyens de production sont aléatoires.

Une éolienne produit de 20 à 25 % du temps, selon les régions.

Parfois le vent n’atteint pas la vitesse minimale pour commencer à faire tourner l’éolienne.

carte de vents

Il n’est pas toujours possible d’installer une éolienne, surtout une éolienne puissante, il faut de la place pour haubaner le mât..

Une éolienne de 1 kW produira 4 ou 5 kWh en moyenne les bons jours, et les jours sans vent : rien du tout ! Huit jours sans EDF et sans vent adieu le congélateur.

Or en période de crise, c’est vital : car dans ses périodes on s’approvisionne dans des circuits courts mais en grandes quantités : demi agneau par exemple, stockage de la surproduction du jardin en été, stockage de plats cuisinés.

Pour le congélateur « période de crise » je conseillerais un modèle A+++, qui consomme peu et surtout tient plus de 70 h sans alimentation. C ‘est obligatoirement un modèle « coffre ». Les tarifs sont très élevés, mais cette autonomie est irremplaçable.

Liebherr a une gamme avec une autonomie en cas de panne de courant de 124 h : c’est à dire 6 jours. Le plus grand modèle consomme 0,4 kWh par jour

Une éolienne de 1 kW coute de 1000 à 2200 €

http://rgjpower.com/France/eolienne1kw2kw3kw.html

C ‘est surtout la vitesse de démarrage, qui fait le prix, les pales sont plus sophistiquées.

On peut en bricoler une avec des planches et un alternateur de voiture, mais elle aura un très mauvais rendement et il faudra un vent d’enfer pour la faire tourner et risque de casser un jour de tempête.

Pour un panneau solaire, l’ensoleillement dépend aussi des régions.
carte production solaire

Il est indiqué 4 à 5 h de production à pleine puissance si le panneau est bien orienté, ce qui n’est pas toujours possible.

En hiver c’est beaucoup moins, voire nul en ville lorsqu ‘un bâtiment fait de l’ombre quand le soleil est bas. Or c’est à cette période que les besoins en éclairage sont le plus fort..

Un panneau solaire de 300 W produira 1,2 kWh les bons jours.

C ‘est à dire de quoi faire une lessive avec un lave linge A+, et rien d’autre.

Un panneau solaire, c’est environ 500 € les 100 W

En complément du panneau solaire ou de l’éolienne, il faut des batteries pour stocker l’énergie produite quand elle arrive afin de pouvoir l’utiliser lorsqu ‘on en a besoin.
( le jour on a pas besoin d’éclairage, c’est la nuit , quand les panneaux ne fournissent plus d’énergie ) Plus un chargeur spécifique et un onduleur 220 V en sortie des batteries, pour utiliser les appareils domestiques. Ce qui grève encore le budget.

Les batteries supportent un nombre de cycles de charge-décharge , limité selon leur technologie et d’autant plus limité qu ‘on décharge plus profondément la batterie. Moins on la décharge, plus sa durée de vie sera élevée.

Il faut donc à minima doubler la capacité de la batterie par rapport à a consommation journalière.

En France selon les statistiques on peut avoir une période de 5 jours consécutifs sans soleil. Pour une installation isolée autonome la batterie doit avoir une capacité qui permet de tenir 5 jours.

Ca va dans le bon sens pour la durée de vie car en période normale chaque jour on ne déchargera la batterie que de 20 %, augmentant ainsi sa durée de vie. Et exceptionnellement on descendra à 80 % de décharge ( 4 jours ). Mais il faudra prendre une batterie qui accepte les décharges profondes : 80 %.

La batterie va forcément couter beaucoup plus cher.

Plus d’explications et des tarifs ICI

Enfin si on a une batterie qui accepte une charge rapide on peut la recharger de temps en temps avec le goupe électrogène ( exemple 2 kW pendant une heure ) ou avec le réseau EDF quand il réapparait..voire une éolienne : ce sont des systèmes hybrides.

Le solaire c’est très très cher, par contre il ne faut pas l’écarter pour les faibles puissances. On ne va pas démarrer un groupe électrogène pour recharger un mobile ou un portable, ou éclairer la maison avec des LEDs de quelques watts.

Je possède un vélo électrique, il faut 300 Wh pour le recharger, la charge dure 6 h, ça consomme 50 W, ça reste du domaine du panneau solaire.

Mais vous en conviendrez avec moi, c’est idiot d’alimenter un cumulus avec des batteries, puisque le cumulus stocke par principe et par construction l’énergie sous forme de chaleur. Avec une éolienne, qui produit du courant alternatif un transformateur pour amener la tension à 220 V suffirait.

Pour un cumulus on compte 11 W par litre de capacité, soit 1100 W pour un 100 l ( qui couvre les besoins de 2 personnes ) et 7 h de chauffe quotidiennes, soit 7,7 kWh. C ‘est énorme.

http://www.blog.plombiers-reunis.com/index.php?article104/les-cumulus-consommation-puissance-et-dimensionnent

Il lui faudrait une éolienne dédiée de 1 kW qui tourne 8 heures par jour à plein régime. On oublie !

Dans ce cas il est préférable d’acheter un petit chauffe eau sous évier de 15 ou 30 l, ( autour de 300 € ) qui consomme 2 kW pendant 30 mn pour chauffer 15L ( soit 1 kWh ) ou 2 kW pendant 1 h pour un 30 l ( soit 2 kWh )

Il est précisé dans la notice qu ‘il y a une consommation d’entretien quotidienne de 500 à 700 Wh/jour ( cad autant qu’un congélateur ), sans utiliser d’eau chaude, juste pour qu ‘elle soit prête.. Est ce un bon plan ? ne vaut-il pas mieux chauffer deux fois 15 l, une fois pour la douche, une fois pour la vaisselle.

http://www.chauffe-eau.fr/ftp/produits/I03015/FLECK_PETITE_CAPA.pdf

Faudra pas trainer sous la douche !

http://www.chauffe-eau.fr/fr/achat/chauffe-eau-electrique–sur-evier-15-l-de-dietrich-blinde/I40015.htm

Le chauffe eau instantané !

C ‘est très économique, pas très cher 150 € , très peu encombrant, mais le plus petit modèle consomme une puissance de 3,7 kW : c’est énorme, l’eau sera chaude mais le débit limité. Si on veut plus de débit, il faudra une puissance de 7 ou 9 kW et du triphasé.

Autre inconvénient : si qqun tire de l’eau ailleurs, le débit chute et la température devient brulante. Pour avoir expérimenté un prototype dans les années 70, c’est limite ingérable, à moins d’aimer les douches écossaises..

Autre inconvénient : c’est instantané, donc il faut l’alimenter au moment ou on a a besoin, contrairement à un petit ballon de 15 ou 30 l, et prendre l’énergie sur des batteries avec un onduleur surpuissant, c’est hors de prix. Sinon il faudrait un groupe électrogène énorme.

En Thaïlande j’ai expérimenté des petits modèles de chauffe eau, qui ne doivent pas trop consommer et se branchent sur une prise normale, suffisant pour prendre une douche, mais en Thaïlande l’eau froide arrive déjà à 20 °C.

Il sera nécessaire de faire le bilan complet de ses besoins en énergie, par appareil en les classant : essentiels, non essentiels, impossible, inutiles.

Mais on voit bien qu ‘on ne pourra pas être autonome en solaire, ni en éolien. Et que par exemple il faudra changer des appareils comme le congélateur et le cumulus et bien sûr remplacer les ampoules basses conso par des LEDS..

Le groupe électrogène est une solution économique 500 € pour 2 kW et immédiate.

Pas d’installation compliquée , une utilisation à la portée de tous.

Aujourd’hui il existe des modèles insonorisés ( < 57 dB ).

MF 2500i

Mecafer est une société française , basée à Valence.

http://groupes-electrogenes.euro-expos.net/groupes_electrogenes_insonorises_inverter_monophases_essence-320/nouveau_groupe_electrogene_inverter_insonorise_portable_2500_w_essence-3587.html

Un groupe électrogène ne nécessite pas ( dans un premier temps ) de stockage sur batterie. Le stockage d'énergie est le réservoir d'essence.

Bien qu 'on puisse avoir des problèmes d’approvisionnement en essence , en période de crise ( ou de panne EDF les pompes ne marchent plus, si la station n'a pas de groupe électrogène ), on peut faire un stock à la cave ou au garage. La consommation est de 1 l/h environ.

Besoin de faire une lessive on raccorde le lave linge avec une rallonge, un litre d'essence et hop c'est parti pour une heure, avec linge bien essoré.

Ses limites sont une utilisation occasionnelle ( pour une utilisation permanente, il faut passer à une autre gamme professionnelle ). Puis ça n'aime pas tourner à vide.

Ca génère des nuisances, mais si vous sauvez le congélateur et le frigo de votre voisin , il ne devrait pas trop râler.

En période de crise vous pouvez dépanner qqun à l'autre bout du village qui vous rendra un autre service, voire vous offrira quelques litres d'essence.

Autres usages :

En situation de crise, c'est souvent là qu 'il faut bricoler dans l'urgence et utiliser le système D, mais sans électricité la plupart des machines puissantes qui fonctionnent en triphasé sont réduites au chômage.

On trouve les premiers modèles Diesel 5 kW triphasé à partir de 1800 € :

http://www.groupe-electrogene.pro/diesel/dg6000se-3/14798.html

Voire 1300 € chez Mecafer avec un moteur Honda diesel

http://www.groupe-electrogene.pro/diesel/mf-5500dt/16885.html

ou essence ITC Power 6 kW triphasé 1200 €: http://www.groupe-electrogene.pro/essence/gg7200le-3/14863.html

Pour les fermes

Les fermes sont très dépendantes de l’électricité avec les salles de traites qui consomment des puissances énormes avec le lavage, l’eau chaude, la traite , la réfrigération.

Aussi les paysans s’équipent avec des alternateurs qui se branchent sur la prise de force du tracteur. Des alternateurs de 20 à 90 kW.

http://www.groupe-electrogene.pro/agricole/index.html

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Exemples de réalisations de fraiseuses DIY

J ‘ai découvert ce site sur le forum du site usinages


http://cnc.automatik.free.fr/fraiseusev2/index.html

Mais également celui ci :


http://sudtek.free.fr/spip.php?article19&id_document=95

Pour les machines à trois axes il y a trois principes :

1 – Une table XY qui supporte la pièce et se déplace selon X et Y, la fraise et son moteur solidaires de la structure restent immobiles sur le plan XY

Attention en CNC Z est le déplacement vertical et Y transversal, contrairement aux axes X Y Z du logiciel de CAO utilisé pour faire ces illustrations rapides.

Fraiseuse Table XY

Inconvénients :

° ces machines prennent beaucoup de place : dimensions de la table , plus course X et course Y ( en gros plus de 4 fois la surface de la pièce la plus grande à usiner).

° les moteurs X et Y doivent être puissants pour déplacer les pièces lourdes posées sur la table mobile.

Ça limite la vitesse maxi (outil sorti de la pièce ) pour aller se positionner à l’autre bout, grande inertie ( augmente le risque de pertes de pas.. )

Le poids de la pièce se fait sentir sur les guidages X et Y qui supportent la table et la pièce => flexion qui réduit la cote Z

Ce système convient pour les petites pièces si on a besoin de plus de précision.

Avantages :

Le portique qui peut être assez haut ( grande course sur l’axe des Z ) et peut s’incliner ( autour de l’axe Y ) sous l’effort de coupe , peut être haubané sur la structure et être extrêmement rigide.

2 – Une table fixe solidaire de la structure avec un portique qui se déplace selon X et le support de fraise, se déplace sur le portique le long de l’axe X, et à nouveau verticalement selon l’axe Z.

fraiseuse portique

Portique de fraisage

Inconvénient :

Le portique multiplie le jeu vertical du guidage de l’axe X.

Risque de porte à faux du moteur de broche, qui fera fléchir le portique.

Pour compenser il faudrait un chariot de guidage plus large ( espacer les paliers de guidage du portique sur X ) ce qui revient à réduire la course ou augmenter la longueur de la machine.

Avantage :

La taille de la machine est réduite : juste un peu plus longue et large que la pièce la plus grande à usiner

Pour les grosses pièces lourdes qui resteront immobiles, il faut moins de puissance sur les moteurs X et Y qui manœuvrent la broche, moins d’inertie aussi.

Si on veut faire de la découpe dans un panneau de MDF cette solution du portique mobile est préférable.

3 – Un mix ! table mobile selon l’axe des X uniquement.

Je n’ai pas vu d’exemple de machine réalisée sur ce principe, mais why not ?

Fraiseuse  mixte

La machine n’occupe que deux fois la surface de la pièce la plus grande à usiner.

Le portique de l’axe des X , installé au milieu de l’axe des X est immobile, on peut le haubaner sur le châssis, du coup on peut faire un axe de Y et des Z beaucoup plus costauds et donc plus lourds. Et augmenter la course de l’axe Z (la hauteur du portique), donc usiner des pièces plus hautes qu ‘une plaque de MDF ou d’alu

Voici un exemple :

fraiseuse_mixte_exemple

Sa réalisation : un monstre !

IMAG0400

Le support des rails « Y » fixe, pèse 70 kg !!!! Donc très robuste et on imagine pas qu ‘il soit mobile.

La table est ridiculement petite, par rapport à la machine, mais celle ci doit être équipée d’un bac de récupération de copeaux et du liquide de coupe, avec une pompe de recirculation.

Une remarque a été faite : l’axe des X , ne repose pas directement sur la structure, il est donc moins rigide.

L ‘auteur du premier blog propose une version 2 améliorée de sa première réalisation :

En DIY , il ne faut pas réver d ‘avoir une précision d’usinage au 1/100 ème de millimètre ( ce genre de machine existe mais pour des dimensions réduites (horlogerie) et les prix sont astronomiques : plus de 5 000 € )

Pour rester dans une précision du 1/10 éme de millimètre, en bricolage, il faudra déjà bien se bagarrer pour réduire la flèche des arbres de guidage, et augmenter la rigidité de la structure.

Même dans du bois, un utilisateur de défonceuse à main expliquait qu ‘il fallait appuyer fort sur la machine.. C ‘est donc la structure qui va encaisser cet effort et ne doit pas trop se déformer.

Les guidages linéaires sont usinés avec une certaine précision qui va du standard à la haute précision. En bricolage pour rester dans un budget abordable on devra se contenter du standard.

Il en est de même pour les profilés de structure : http://catalog.item24.fr/pub/DOK_MONT_profil-tech-daten__SFR__AIN__V1.pdf

La précision d’usinage, ou plutôt la résolution, dépendra du nombre de pas pour un tour du moteur pas à pas, et de la valeur du pas de la vis d’entraînement.

Exemple 200 pas pour un tour, pas de la vis 2 mm => un pas moteur = 1/100

Le système vis écrou qui transforme la rotation du moteur pas à pas en déplacement linéaire de la fraise possède un certain jeu. Si ce jeu est trop important ( supérieur au pas du moteur ( 1/100 mm ) lors de l’inversion de sens on va perdre des pas. Aussi on trouve des systèmes vis écrou avec un système de compensation du jeu ( antiback slash ), qui ressemble à deux écrous écartés par un puissant ressort.

Moteur de broche.

Bien sûr on peut mettre une Dremel ( mais on va la tuer en peu de temps si on fait de l’usinage, la dimension et le type d’outils sont limités et s’usent assez vite ). ce n’est pas assez puissant, les passes devront être réduites et l’usinage va prendre la journée ( or une Dremel n’est pas prévue pour une marche prolongée : Duty cycle faible ).

J ‘ai vu des gens essayer avec un moteur d’avion Outrunner très puissant et pas cher : Echec : problème de refroidissement, il manque d’air : pas d’hélice ; et contrairement à une broche de fraiseuse les roulements ne supportent pas une force radiale très élevée selon la profondeur de passe et l’avance et les dimensions de la fraise.

Le moteur minimal est le Kress 1050; avec des roulements conçus pour et avec un jeu minimal.

Kress 1050 -1 FME

C ‘est la taille d’une perceuse, avec un poids de 1,7 kg. Coût : entre 200 et 250 €

Au niveau pince de serrage des fraises , elle est limitée à 8 mm ( contre 3 pour une Dremel ) Plus le diamètre est petit, plus la fraise est courte et moins la profondeur d’usinage sera importante ( je ne parle pas de la hauteur de la passe, mais à quelle distance l’outil peut descendre dans une rainure réalisée en plusieurs passes, avant que le mandrin touche).

Voir ici : choisir sa broche

On trouve des broches plus puissantes , de taille réduites, et refroidies par circulation d’eau ( watercooled )

Choix des fraises : en fonction des matériaux et du type d’usinage:

http://id-conception.fr/index.php?page=Outillage

Ou trouver des fraises ? Otello

Quels outils choisir pour réaliser telle ou telle forme d’usinage ? Alors là c’est un métier et il faudra demander aux spécialistes.

Réalisation de la structure :

Lorsqu’on a rien pour usiner des pièces, il est possible d’utiliser des profilés alu, coupés à la demande :

https://www.damencnc.com/fr/-el-ements/aluminium-profiles

J’ai une préférence pour Item

exemple structure en profilés Item

https://www.damencnc.com/fr/montages/guidage-lin-eaire/276

Sur le site de Item on trouve les fichiers CAO des divers profils ( à la longueur choisie), ce qui permet de dessiner sa machine en 3D avec un logiciel de CAO ; on trouve aussi un calculateur de flèche.

les profilés Item
DamenCNC propose seulement les profils les plus couramment utilisés

Choix des guidages :

On peut utiliser des barres cylindriques, encastrées aux extrémités dans deux supports.

Les supports d’axes cylindriques Item à fixer dans les rainures d’un profilé me semble pas assez rigides.

shaft support cnc

Les barres de guidage ne sont pas supportées et sur une grande longueur il y aura beaucoup de flèche avec des risques de broutage et de vibrations.

Pour avoir un minimum de flèche il est conseillé d’utiliser des rails à visser sur toute la longueur du profilé de la structure..

D ‘autre part il est préférable d’avoir un guidage à bille sur le chariot, comme les systèmes de guidage Hiwin HGH ou HGW, dont le prix des chariots n’est pas exorbitant.


https://www.damencnc.com/fr/-el-ements/pi-eces-m-ecaniques/profils-de-guidage

guidages linéaires HIWIN

Une idée du prix des guidages ( seulement ) pour une table X de 600 mm avec guidage sur 1,2 m, avec des rails de 20 mm.

Ca décoiffe quand même.( c’est le prix des rails… )

Shopping cart

HIWIN HGR-T Profile Rails HGR-20-T Profile Rail 2×1.2 m € 88.49 per m € 226.36 Remove product
HIWIN Carriage HGW « Flange type » HGW20CC € 39.99 per piece € 159.96 Remove product
Subtotal (excl. VAT.): € 386.32
Delivery price: € 28.69
VAT(19%): € 78.85
Total: € 493.86

Tous les détails : http://www.hiwin.fr/DownloadCenter/files/HN_FRZ_Kompakt_CH_008_mit-Umschlag_eBook.pdf

Pour réduire le jeu HIWIN propose des niveaux de précontraintes avec des billes plus ou moins surdimensionnées, pour les rails > 20 mm

.

Logiciels :

Les logiciels de CAO sortent pratiquement tous la forme de la pièce en format STL. On a les contours de la pièce.

Cette pièce sera usinée dans un bloc de métal qu ‘il va falloir tailler.

On va donc utiliser un logiciel de fraisage qui va sortir un G Code qui définit la trajectoire des outils, pour « décaper  » le contour de la pièce.. Il doit donc connaitre la dimension du bloc dans lequel on usine la pièce et le type et la dimension des outils, plus d’autres paramètres : vitesse de coupe, profondeur, largeur de passe maximums….

Le Gcode est un langage universel de l’usinage.

G Codes

we will be adding GCode definitions / explanations here. we will also put implementation specific notes here as needed. until then, please see the primer.

Some useful G-Codes are:

G0 – Rapid Motion
G1 – Coordinated Motion
G2 – Arc – Clockwise
G3 – Arc – Counter Clockwise
G4 – Dwell
G10 – Create Coordinate System Offset from the Absolute one
G17 – Select XY plane (default)
G18 – Select XZ plane (not implemented)
G19 – Select YX plane (not implemented)
G20 – Inches as units
G21 – Millimeters as units
G28 – Home given Axes to maximum
G30 – Go Home via Intermediate Point (not implemented)
G31 – Single probe (not implemented)
G32 – Probe area (not implemented)
G53 – Set absolute coordinate system
G54-G59 – Use coordinate system from G10 P0-5
G90 – Absolute Positioning
G91 – Relative Positioning
G92 – Define current position on axes
G94 – Feed rate mode (not implemented)
G97 – Spindle speed rate
G161 – Home negative
G162 – Home positive

G-Codes can have all kinds of arguments. Only a few of those are actually used here:

X absolute position
Y absolute position
Z absolute position
A position (rotary around X)
B position (rotary around Y)
C position (rotary around Z)
U Relative axis parallel to X
V Relative axis parallel to Y
W Relative axis parallel to Z
M code (another « action » register or Machine code(*)) (otherwise referred to as a « Miscellaneous » function »)
F feed rate
S spindle speed
N line number
R Arc radius or optional word passed to a subprogram/canned cycle
P Dwell time or optional word passed to a subprogram/canned cycle
T Tool selection
I Arc data X axis
J Arc data Y axis.
K Arc data Z axis, or optional word passed to a subprogram/canned cycle
D Cutter diameter/radius offset
H Tool length offset

Examples

G1 X5 Y-5 Z6 F3300.0 (Move to postion = at speed 3300.0)
G21 (set units to mm)
G90 (set positioning to absolute)
G92 X0 Y0 Z0 (set current position to =)

Il sera peut être nécessaire d’utiliser des outils différents, pour l’usinage du contour , pour des perçages, pour chanfreiner les perçages , etc….

Certaines machines sont équipées pour changer automatiquement d’outils ( pas envisageable dans le bricolage ), géré par le logiciel.

Pour l’instant je ne sais pas comment il faut procéder, avec un changement manuel d’outil.

Il existe plusieurs logiciels de génération du G Code, adaptés à d’autres formats que le STL.

FreeMill

permet d’importer les fichiers aux formats suivants : VisualMILL, IGES, STEP, DWG/DXF, Rhino, STL, VRML and Raw Triangle files.

Enfin certains logiciels de CAO ont leur propre logiciel d’usinage.

HeeksCNC pour HeeksCAD : un logiciel de modélisation volumique ( objet créé à partir de volumes simples cubes, cylindres, cônes )

RhinoCAM pour Rhino : un logiciel de modélisation surfacique ( pièces tout en courbes et surfaces gauches : exemple fuselage d’une maquette d’avion, pour réaliser un moule. )

Ce G Code est envoyé depuis le PC ( port parallèle ou USB ) à un boitier électronique ( à microprocesseur ) qui va interpréter le G Code , grâce à un autre logiciel propre à la machine.

J ‘ai pu lire que certaines cartes ne donnaient pas de bons résultats, et qu ‘il est préférable d’utiliser l’ USB 2. Les PC ne sont pas des systèmes temps réel et la régularité de l’envoi des données sur le port //, dépend de l’occupation de l’ UC ( latence ).

Sur le blog dont j’ai pris l’exemple, ils utilisent un buffer ( tampon ) sur l’ USB2 ( voir Projet IP5X ). Les données sont chargées rapidement par paquets vers le buffer, et séquencées régulièrement vers la machine, donnant des déplacements plus coulés.

Ce logiciel va ensuite envoyer les impulsions aux moteurs pas à pas des trois axes et au moteur de la broche.

http://www.stielec.ac-aix-marseille.fr/cours/abati/motpas.htm

Animation fonctionnement moteur pas à pas

Dans l’usinage il y a deux particularités :

– il faut éviter les pertes de pas lors des déplacements à grande vitesse et lors des arrêts avec l’inertie..

– le blocage des moteurs ( on alimente les deux bobines en même temps , à tension réduite ) pendant une passe rectiligne avec déplacement le long de X, le moteur Z et le moteur Y sont bloqués. On peut avoir recours à un frein électromagnétique qui se monte sur l’autre sortie d’arbre du moteur (il faut prévoir un moteur à deux axes).

Après avoir regardé les prix des différents boitiers, ça ne vaut pas la peine de les faire soi même, et encore moins de se lancer seul dans la programmation du boitier qui interprète le le G Code , plus l’interface PC, sinon vous n’êtes pas prêts de faire des copeaux avec votre machine..

Celà n’empêche pas de bien comprendre comment ça marche, ni de chercher à comprendre le G Code..

Carte électronique de pilotage de la machine :

http://cnc.automatik.free.fr/mapage1/index.html#bv000002

HobbyCNC

Attention cette carte n’accepte pas les moteurs pas à pas 4 fils.

Projet IPL5X

Logiciel de pilotage des machines.

Sous Windows : Mach3 de Art soft 130 €

RP FMS http://5xproject.dyndns.org/5XProject/tiki-index.php?page=Logiciel+RP-FMS

Sous Ubunbtu : EMC2

Voici un comparatif.

EMC2 vs Mach3

Pour une fois il semblerait qu’un logiciel libre et gratuit Linux, soit plus convivial et plus performant qu ‘un logiciel Windows. Linux ne s’installe pas sur mon PC récent, mais on peut dédier une vieille UC avec Ubuntu à la CNC.

Liens :

http://www.cnccookbook.com/

http://www.neo7cnc.com/index.html

http://5xproject.dyndns.org/5XProject/tiki-index.php?page=LE%20Projet

http://www.simplyrhino.co.uk/index.html

http://www.rhinocam.com/

http://catalog.item24.fr/fr/index.php?cat=c1000021846_Profil–s-8.html

http://www.hiwin.fr/index.php?scriptlet=HIWIN/Product&id=7&language=fr

https://www.damencnc.com/fr/-el-ementshttps://www.damencnc.com/fr/-el-ements

http://stores.ebay.co.uk/Marchant-Dice-Ltd

http://www.igus.fr/wpck/default.aspx?PageNr=2404

http://www.linuxcnc.org/

http://www.mecsoft.com/freemill.shtml

http://cnc25.free.fr/

http://stores.ebay.fr/happykisssoul?_trksid=p4340.l2563

Vidéos

http://www.youtube.com/watch?v=D4-p3ZGlThg&feature=related

A compléter

Publié dans CAO CFAO CNC | 2 commentaires