Moteurs EMP série N & Ermax série GT : 1 à 3 kW à moins de 100 €


EMP série N :
moteur EMP série N

http://www.alebproducts.com/products.php?cat=47

en vente ici :

http://www.himodel.com/electric/HiModel_230KV_4-10S_Outrunner_Brushless_Motor_Type_N6364_09.html

Ermax série GT :

Ermax_GT

http://test.yinyanmodel.com:7323/En/ProductList.asp?SortID=57

L’idéal pour faire un moteur pédalier avec les réducteurs Apex ( voir https://systemesembarques.wordpress.com/2011/04/12/reducteurs-planetaires-pour-moteurs-electriques/).

On est pas obligés de les pousser au maximum.

En vente ici.

http://www.rctecnic.com/epages/rctecnic.sf/es_ES/?ObjectPath=/Shops/radiocontrol/Products/YY-GT5335-08

Et un monstre 7kW : moins de 200 $

http://www.alebproducts.com/proddetail.php?prod=empmotor009

Encore plus fort : puissance non communiquée 36 à 70 V , 250 A. et seulement 2,5 kg. ( kv 150 )

moteur très grosse puissance

Publicités
Cet article a été publié dans Moteurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Moteurs EMP série N & Ermax série GT : 1 à 3 kW à moins de 100 €

  1. ceramix dit :

    pour une utilisation vélo, je cherche des dissipateurs de chaleur pour ce genre de moteur (il n’y pas d’hélice sur un VTT !).

  2. jacqueline73 dit :

    En fait je me demande si les moteurs pour voitures RC 1/8, ne sont pas mieux adaptés électriquement pour le VAE et la traction mécanique en général.. pour donner un gros couple au démarrage.

    Alors que sur un avion la vitesse de l’hélice n’est pas liée mécaniquement par des chaines et des pignons à la vitesse de l’avion.. on peut mettre le moteur au taquet au décollage, pour donner la force suffisante pour faire avancer l’avion..

    Je crains que ces moteurs d’avion n’aient ni un bon couple, ni un bon rendement à très basse vitesse, pour décoller un VTT en cote malgré la réduction. il n’y a pas de glissement qui permette au moteur de fonctionner à un meilleur couple et meilleur rendement.

    Une hélice ne démarre pas en pleine charge…à 100 t/mn la charge du moteur est insignifiante.

    http://www.hobbywing.com/english/ArticleShow.asp?ArticleID=461

    Ceramix tu évoques le refroidissement, il y a aussi celui de l’étanchéité.

    Pour les voitures RC , il existe des dissipateurs. Ils semblent mieux protégés de la pluie et des flaques.

    Par contre comme ils vident rapidement les batteries, et que la manches ne durent pas des heures, le moteur a le temps de refroidir, alors que les ballades en vélo durent plus longtemps..

    Mais le moteur ne devrait pas être à fond en permanence.

    A lire les forums, ce sont plus les batteries qui chauffent ( avec une centaine d’ampères à chaque coup d’accélérateur ), il faut avoir deux jeux , pour les laisser refroidir avant la recharge…

    Sinon pour le VTT, on pourrait envisager le water cooling.. en mettant le moteur dans un bloc d’alu avec une circulation d’eau latérale ( plus simple ) , quelques ailettes et une fente qui permet de le serrer autour du moteur , et une pompe pour ssurer une circulation forcée commandée avec un thermostat… Et un radiateur de trail 50 cc.. ( idiot ? j’en sais rien ) puis ça peut se faire plus tard si c’est nécessaire en fonction de son usage, à condition de le prévoir avant.

    ils annoncent 95 % de rendement , mais ça fait 5% de pertes au meilleur régime sur 1 kw, 50 watts permanents à dissiper.

    Les controleurs de modélisme sont un peu limite : voir videos « ezrun » sur youtube.

  3. jacqueline73 dit :

    en fait après discussion avec des gens qui ont utilisé ces moteurs : ceux des voitures Rc avec un kv de 2000, tournent beaucoup trop vite pour être montés sur un réducteur comme les Apex , donnés pour 5000 tr/mn , et l’axe est beaucoup trop petit : ~3 mmm.

    La grande vitesse de rotation crée des pertes plus importantes dans le pont, avec la commutation à plus haute fréquence, et un centaine d’ampères.

    Le I max d’un pont est fortement réduit avec la fréquence de commut ( cf les courbes des ponts et MosFET ).

    Pour faire de la cde sinusoidale, à 10 000 tr/mn ça demande un échantillonage encore plus performant, et une fréquence de commut encore plus élevée.

    Sur Cyclurba , un témoignage d’une réalisation personnelle de moteur pédalier pour VTT, avec un moteur d’avion : 45km/h sans pédaler ( avec une batterie 12V pour les essais). Il y a assez de puissance pour détruire le cadre et les rayons..et le réducteur qui ne passe pas 7 kW.

    Ce qui manque aux moteurs d’avion , c’est les sensors, pour avoir un meilleur couple pour arracher le vélo dans une forte pente. Ca le fait, mais on pourrait le faire avec moins de courant au démarrage.

  4. jacqueline73 dit :

    Dernier point :

    Pour monter ces moteurs , en moteur pédalier, il faut un réducteur avec un rapport de réduction important, et un réducteur capable de passer la puissance et le couple en sortie.

    Si le moteur n’est pas cher pour sa puissance, par contre le réducteur est assez onéreux ( estimé à 500 € avec le commercial ).

    Par contre ces moteurs sont intéressants si on a pas besoin d’une telle réduction ni d’avoir un système compact.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s