Faire face aux coupures EDF en période de crise.


Dans certaines régions soumises aux intempéries, principalement dans les campagnes les gens sont habitués à avoir des coupures très longues et sont équipés en conséquence..

En cas de crack boursier, de grosse crise financière, depuis qu ‘ EDF a été privatisé, découpé, on peut redouter ne ne pas avoir le même service public et d’avoir de longues périodes de coupure.

En Argentine Roussely a perdu pas mal d’argent avec ses investissements : lorsque les gens n’ont plus les moyens de payer leur électricité, et qu ‘on leur a coupé le compteur, l’argent ne rentre plus. Au Brésil il a aussi perdu beaucoup d’argent, pas à cause de la crise, mais les brésiliens se branchent avant le compteur :))

Il peut y avoir des grèves très dures.

Avec leur vieux parc nucléaire, en hiver ils sont au taquet à 100 GW. Un ou deux incidents et ce sera des régions entières qui seront coupées. Où seront partis les sous traitants du nucléaire pour échapper comme ils peuvent à la crise, vu que tout l’entretien est sous traité.

C ‘est une honte, car malgré la privatisation qui devait amener des capitaux pour qu ‘ EDF puisse se développer, et les augmentations de tarifs, ils n’ont pas rénové les centrales nucléaires, et on prend le risque de prolonger leur durée d’exploitation bien au delà de ce qui était prévu à l’origine.

Les concurrents qui rachètent le courant à EDF ne survivront pas non plus. Le système qui a été mis en place à partir de 2000 est une connerie sans nom.

Avec l’écologie les éoliennes et panneaux solaires sont devenus à la mode et ne produisent pas de CO2, contrairement à un groupe électrogène maudit par les écologistes.

Rien à foutre de la planète quand il faut survivre.

Mais ces moyens de production demandent un investissement considérable, pour être totalement autonome. Leur amortissement est incertain ( souvent à la merci de subventions qui peuvent être supprimées, pour rembourser les dettes de l’ Etat ) et en période de crise, faut – il investir toutes ses économies dans des panneaux solaires ou une éolienne ?

D ‘autre part ces moyens de production sont aléatoires.

Une éolienne produit de 20 à 25 % du temps, selon les régions.

Parfois le vent n’atteint pas la vitesse minimale pour commencer à faire tourner l’éolienne.

carte de vents

Il n’est pas toujours possible d’installer une éolienne, surtout une éolienne puissante, il faut de la place pour haubaner le mât..

Une éolienne de 1 kW produira 4 ou 5 kWh en moyenne les bons jours, et les jours sans vent : rien du tout ! Huit jours sans EDF et sans vent adieu le congélateur.

Or en période de crise, c’est vital : car dans ses périodes on s’approvisionne dans des circuits courts mais en grandes quantités : demi agneau par exemple, stockage de la surproduction du jardin en été, stockage de plats cuisinés.

Pour le congélateur « période de crise » je conseillerais un modèle A+++, qui consomme peu et surtout tient plus de 70 h sans alimentation. C ‘est obligatoirement un modèle « coffre ». Les tarifs sont très élevés, mais cette autonomie est irremplaçable.

Liebherr a une gamme avec une autonomie en cas de panne de courant de 124 h : c’est à dire 6 jours. Le plus grand modèle consomme 0,4 kWh par jour

Une éolienne de 1 kW coute de 1000 à 2200 €

http://rgjpower.com/France/eolienne1kw2kw3kw.html

C ‘est surtout la vitesse de démarrage, qui fait le prix, les pales sont plus sophistiquées.

On peut en bricoler une avec des planches et un alternateur de voiture, mais elle aura un très mauvais rendement et il faudra un vent d’enfer pour la faire tourner et risque de casser un jour de tempête.

Pour un panneau solaire, l’ensoleillement dépend aussi des régions.
carte production solaire

Il est indiqué 4 à 5 h de production à pleine puissance si le panneau est bien orienté, ce qui n’est pas toujours possible.

En hiver c’est beaucoup moins, voire nul en ville lorsqu ‘un bâtiment fait de l’ombre quand le soleil est bas. Or c’est à cette période que les besoins en éclairage sont le plus fort..

Un panneau solaire de 300 W produira 1,2 kWh les bons jours.

C ‘est à dire de quoi faire une lessive avec un lave linge A+, et rien d’autre.

Un panneau solaire, c’est environ 500 € les 100 W

En complément du panneau solaire ou de l’éolienne, il faut des batteries pour stocker l’énergie produite quand elle arrive afin de pouvoir l’utiliser lorsqu ‘on en a besoin.
( le jour on a pas besoin d’éclairage, c’est la nuit , quand les panneaux ne fournissent plus d’énergie ) Plus un chargeur spécifique et un onduleur 220 V en sortie des batteries, pour utiliser les appareils domestiques. Ce qui grève encore le budget.

Les batteries supportent un nombre de cycles de charge-décharge , limité selon leur technologie et d’autant plus limité qu ‘on décharge plus profondément la batterie. Moins on la décharge, plus sa durée de vie sera élevée.

Il faut donc à minima doubler la capacité de la batterie par rapport à a consommation journalière.

En France selon les statistiques on peut avoir une période de 5 jours consécutifs sans soleil. Pour une installation isolée autonome la batterie doit avoir une capacité qui permet de tenir 5 jours.

Ca va dans le bon sens pour la durée de vie car en période normale chaque jour on ne déchargera la batterie que de 20 %, augmentant ainsi sa durée de vie. Et exceptionnellement on descendra à 80 % de décharge ( 4 jours ). Mais il faudra prendre une batterie qui accepte les décharges profondes : 80 %.

La batterie va forcément couter beaucoup plus cher.

Plus d’explications et des tarifs ICI

Enfin si on a une batterie qui accepte une charge rapide on peut la recharger de temps en temps avec le goupe électrogène ( exemple 2 kW pendant une heure ) ou avec le réseau EDF quand il réapparait..voire une éolienne : ce sont des systèmes hybrides.

Le solaire c’est très très cher, par contre il ne faut pas l’écarter pour les faibles puissances. On ne va pas démarrer un groupe électrogène pour recharger un mobile ou un portable, ou éclairer la maison avec des LEDs de quelques watts.

Je possède un vélo électrique, il faut 300 Wh pour le recharger, la charge dure 6 h, ça consomme 50 W, ça reste du domaine du panneau solaire.

Mais vous en conviendrez avec moi, c’est idiot d’alimenter un cumulus avec des batteries, puisque le cumulus stocke par principe et par construction l’énergie sous forme de chaleur. Avec une éolienne, qui produit du courant alternatif un transformateur pour amener la tension à 220 V suffirait.

Pour un cumulus on compte 11 W par litre de capacité, soit 1100 W pour un 100 l ( qui couvre les besoins de 2 personnes ) et 7 h de chauffe quotidiennes, soit 7,7 kWh. C ‘est énorme.

http://www.blog.plombiers-reunis.com/index.php?article104/les-cumulus-consommation-puissance-et-dimensionnent

Il lui faudrait une éolienne dédiée de 1 kW qui tourne 8 heures par jour à plein régime. On oublie !

Dans ce cas il est préférable d’acheter un petit chauffe eau sous évier de 15 ou 30 l, ( autour de 300 € ) qui consomme 2 kW pendant 30 mn pour chauffer 15L ( soit 1 kWh ) ou 2 kW pendant 1 h pour un 30 l ( soit 2 kWh )

Il est précisé dans la notice qu ‘il y a une consommation d’entretien quotidienne de 500 à 700 Wh/jour ( cad autant qu’un congélateur ), sans utiliser d’eau chaude, juste pour qu ‘elle soit prête.. Est ce un bon plan ? ne vaut-il pas mieux chauffer deux fois 15 l, une fois pour la douche, une fois pour la vaisselle.

http://www.chauffe-eau.fr/ftp/produits/I03015/FLECK_PETITE_CAPA.pdf

Faudra pas trainer sous la douche !

http://www.chauffe-eau.fr/fr/achat/chauffe-eau-electrique–sur-evier-15-l-de-dietrich-blinde/I40015.htm

Le chauffe eau instantané !

C ‘est très économique, pas très cher 150 € , très peu encombrant, mais le plus petit modèle consomme une puissance de 3,7 kW : c’est énorme, l’eau sera chaude mais le débit limité. Si on veut plus de débit, il faudra une puissance de 7 ou 9 kW et du triphasé.

Autre inconvénient : si qqun tire de l’eau ailleurs, le débit chute et la température devient brulante. Pour avoir expérimenté un prototype dans les années 70, c’est limite ingérable, à moins d’aimer les douches écossaises..

Autre inconvénient : c’est instantané, donc il faut l’alimenter au moment ou on a a besoin, contrairement à un petit ballon de 15 ou 30 l, et prendre l’énergie sur des batteries avec un onduleur surpuissant, c’est hors de prix. Sinon il faudrait un groupe électrogène énorme.

En Thaïlande j’ai expérimenté des petits modèles de chauffe eau, qui ne doivent pas trop consommer et se branchent sur une prise normale, suffisant pour prendre une douche, mais en Thaïlande l’eau froide arrive déjà à 20 °C.

Il sera nécessaire de faire le bilan complet de ses besoins en énergie, par appareil en les classant : essentiels, non essentiels, impossible, inutiles.

Mais on voit bien qu ‘on ne pourra pas être autonome en solaire, ni en éolien. Et que par exemple il faudra changer des appareils comme le congélateur et le cumulus et bien sûr remplacer les ampoules basses conso par des LEDS..

Le groupe électrogène est une solution économique 500 € pour 2 kW et immédiate.

Pas d’installation compliquée , une utilisation à la portée de tous.

Aujourd’hui il existe des modèles insonorisés ( < 57 dB ).

MF 2500i

Mecafer est une société française , basée à Valence.

http://groupes-electrogenes.euro-expos.net/groupes_electrogenes_insonorises_inverter_monophases_essence-320/nouveau_groupe_electrogene_inverter_insonorise_portable_2500_w_essence-3587.html

Un groupe électrogène ne nécessite pas ( dans un premier temps ) de stockage sur batterie. Le stockage d'énergie est le réservoir d'essence.

Bien qu 'on puisse avoir des problèmes d’approvisionnement en essence , en période de crise ( ou de panne EDF les pompes ne marchent plus, si la station n'a pas de groupe électrogène ), on peut faire un stock à la cave ou au garage. La consommation est de 1 l/h environ.

Besoin de faire une lessive on raccorde le lave linge avec une rallonge, un litre d'essence et hop c'est parti pour une heure, avec linge bien essoré.

Ses limites sont une utilisation occasionnelle ( pour une utilisation permanente, il faut passer à une autre gamme professionnelle ). Puis ça n'aime pas tourner à vide.

Ca génère des nuisances, mais si vous sauvez le congélateur et le frigo de votre voisin , il ne devrait pas trop râler.

En période de crise vous pouvez dépanner qqun à l'autre bout du village qui vous rendra un autre service, voire vous offrira quelques litres d'essence.

Autres usages :

En situation de crise, c'est souvent là qu 'il faut bricoler dans l'urgence et utiliser le système D, mais sans électricité la plupart des machines puissantes qui fonctionnent en triphasé sont réduites au chômage.

On trouve les premiers modèles Diesel 5 kW triphasé à partir de 1800 € :

http://www.groupe-electrogene.pro/diesel/dg6000se-3/14798.html

Voire 1300 € chez Mecafer avec un moteur Honda diesel

http://www.groupe-electrogene.pro/diesel/mf-5500dt/16885.html

ou essence ITC Power 6 kW triphasé 1200 €: http://www.groupe-electrogene.pro/essence/gg7200le-3/14863.html

Pour les fermes

Les fermes sont très dépendantes de l’électricité avec les salles de traites qui consomment des puissances énormes avec le lavage, l’eau chaude, la traite , la réfrigération.

Aussi les paysans s’équipent avec des alternateurs qui se branchent sur la prise de force du tracteur. Des alternateurs de 20 à 90 kW.

http://www.groupe-electrogene.pro/agricole/index.html

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s